Du cinéma et rien d'autre
3.8Note Finale

Sebastian Silva et Ben Wheatley, enfin deux cinéastes qui n’ont rien à nous dire !

Magic Magic de Sebastian Silva nous propose un huis-clos qui dérape entre quatre jeunes isolés sur une île. Touristes de Ben Wheatley nous présente les aventures d’un couple de loosers dont les vacances en amoureux tournent au cauchemar…pour ceux qui ont le malheur de les croiser. On s’attend par conséquent au pire dans les deux cas, ou plutôt à la triste banalité du film de genre  qui évite rarement ces deux écueils contraires : soit on respecte les codes à la lettre et on produit un énième remake de l’archétype du film d’angoisse ou de serial killer ; soit on cherche à tout prix à subvertir les codes et on tombe dans la pantalonnade.

Les deux réalisateurs aggravent d’ailleurs leur cas (ou haussent la barre encore plus haut) puisqu’on trouve dans Magic Magic (outre les quatre jeunes et l’île déserte) une adolescente hystérique, des indiens Mapuches, une tombe de chien et une séance d’hypnose ; tandis que Touristes ose les personnages de la mère possessive, de l’écolo qui fume de l’herbe et de la décérébrée qui enterre sa vie de jeune fille. Bref, tout est réuni pour que l’on assiste à l’une de ces deux horreurs trop souvent qualifiées de bon cinéma populaire : le thriller haletant oulala qu’est-ce qu’il était maléfique ce méchant tueur et en plus j’aurais jamais pensé que c’était lui ; la sympathique comédie  feel good movie ils sont vraiment rigolos ces prolétaires mais pourvu qu’ils restent à leur place vu que j’ai des Sicav.

Parfaitement réussis, ces deux films rassemblent un certain nombre de caractéristiques qui pourraient définir les conditions minimales d’un cinéma de qualité. Premièrement, le scénario, on s’en fout. Quoi de plus ennuyeux que ces films au scénario « diabolique », « brillant », « tortueux » où les rebondissements sont si nombreux qu’ils nous laissent rapidement aussi indifférents qu’un attentat islamiste au Pakistan et où les subtiles ellipses sont en effet si subtiles qu’on ne comprend plus rien au bout de dix minutes ? Dans Touristes comme dans Magic Magic, il n’y a pas à proprement parler de scénario mais une suite d’événements  qui se suivent sans logique apparente, exactement comme dans la vie (tout le monde le sait, niveau scénario, la vie c’est ni fait ni à faire). Deuxièmement, éviter les morceaux de bravoure, les grands  numéros d’acteur et les dialogues spirituels. Dans la vraie vie (en admettant qu’il y en ait une fausse), les gens ne s’expriment pas comme Sacha Guitry et il est rare qu’ils se mettent à hurler en s’en prenant au destin cruel, même au comble de l’énervement. Il est encore plus rare qu’ils expriment une opinion quelconque sur la nature de l’angoisse métaphysique, le libre-arbitre confronté au déterminisme social ou la meilleure façon de tuer un zombi sans faire preuve de cruauté. Or, plus le sujet d’un film est irréaliste, plus il est essentiel que le moindre détail du film soit parfaitement crédible. Il faut absolument qu’un tueur en série soit aussi banal que votre voisin (si vous en avez plusieurs, celui que vous méprisez le plus) et que les extraterrestres se comportent globalement comme votre grand-mère (si vous en avez plusieurs, celle qui a toujours des Mon Chéri dans son buffet). Troisièmement, le film ne doit pas chercher à nous dire quoi que ce soit. Ni sur le Mal, ni sur l’Amour, ni sur la Lutte des classes. Rien de rien sur rien. Après avoir regardé Magic Magic et Touristes, on n’aura rien appris et on n’aura pas été incité à réfléchir. Merci aux réalisateurs. Des images, pas de symbole. Des paroles, pas de conférence. Des situations, pas de scénario. Des émotions, pas de message. Du cinéma.

Les deux films sont disponibles en DVD et, qualité supplémentaire, durent environ 1h30 (pourquoi veulent-ils tous désormais atteindre péniblement les deux heures ?), tous les acteurs sont excellents, la bande-son est pertinente ; à déguster d’urgence, y compris en famille (si vous ne pouvez vraiment pas faire autrement).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.